Réflexions d’été 4

Une refondation du Parti Socialiste est possible. Pour cela plusieurs conditions cumulatives :

  • Il faut dresser un bilan objectif des 15 années qui viennent de s’écouler pour le PS, sans passer sous silence les échecs du quinquennat écoulé, la fronde… et surtout nous situer dans le contexte européen et mondial.
  • Nous devons accepter de partir d’une feuille vierge pour construire le socialisme de la Révolution numérique, sans venir chacun avec le passif des courants, chapelles et autres segments du socialisme français. Regardons objectivement les faits, les orientations qui sous-tendent la société française, les aspirations de ce mêmes français et les nouvelles inégalités qui se dessinent (AirBnB par exemple pour le logement – j’y reviendrai).
  • Les ténors socialistes doivent se contraindre au silence, qu’ils aient échoué au pouvoir ou échoué à le prendre, arrêter la vieille politique qui consiste à pousser les pions de leur chef pour gagner des parts de marché. L’heure est à la parole militante. Il faut prendre ce temps du débat avec les adhérents, ceux qui regardent médusés depuis des mois le spectacle lamentable que donnent les responsables socialistes, dans leurs querelles intestines, leur déni de réalité de ce qu’est la France ou l’acharnement à conserver leur place. Le PS doit redevenir un « outil » au service des Français et mu par ses militants.

Déposer un commentaire

(*) Requis

9 − un =