Thomas Puijalon

crédit photo : Margot L’Hermite

Pouvez-vous vous décrire pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Agé de 40 ans, j’ai grandi et toujours vécu dans cette circonscription. Je suis marié et père de deux enfants qui fréquente un collège et une école d’Issy-les-Moulineaux. J’habite le quartier des Chartreux, sur les bords de Seine.

Après des études en classe préparatoire littéraire, pour faire mes « humanités », j’ai écrit un mémoire de maîtrise d’histoire sociale contemporaine sur le personnel communal de Boulogne-Billancourt dans l’entre-deux guerres. Le goût pour l’histoire, ce territoire et l’administration de la chose publique se conjuguant dans un même travail.

Votre parcours professionnel est-il un atout pour cette circonscription ?

Ma carrière m’a permis de connaître l’Etat, ses rouages, ses atouts et ses défaillances sous quatre angles différents. En cabinet ministériel, auprès d’Alain Richard, Ministre de la Défense, dont je fus le conseiller parlementaire et chef-adjoint de Cabinet au moment de la fin de la conscription, de l’attentat du 11 septembre 2001 et de la guerre en Afghanistan. J’y ai appris la gestion de crise, le sens de la rigueur et la négociation entre Parlement et Etat.

Puis, à la Région Île-de-France, qui m’a accueilli comme attaché territorial, j’ai participé notamment aux négociations avec l’Etat sur le contrat de plan, notamment son volet transport. J’y ai appris la gestion financière d’une collectivité, les marchés publics.

J’ai rejoint ensuite Marylise Lebranchu, comme collaborateur à la Questure de l’Assemblée nationale. J’ai appris ici à connaître tous les rouages de l’Assemblée, à rédiger des amendements, à me familiariser avec le travail parlementaire.

Depuis 2012, j’ai rejoint le privé, chez un opérateur de communications électroniques. C’est pour moi l’expérience la plus enrichissante. Dans mes fonctions, je défends les intérêts de mon groupe auprès du Parlement et de l’Etat. J’y ai vu notamment, ce que l’on ne devrait plus voir en démocratie, des amendements qui tombent sur une entreprise en moins de 5 minutes en créant 70millions € de taxes supplémentaires.

Votre expérience politique ?

Je milite sur notre circonscription depuis 1997. Je me suis engagé pendant la campagne législative de Guy Janvier, après la dissolution. Depuis, je milite à la section PS d’Issy-les-Moulineaux et je suis aujourd’hui Premier secrétaire fédéral adjoint du PS 92. Tête de liste aux municipales de 2014, en tant que conseiller municipal d’Issy-les-Moulineaux et conseiller de territoire GPSO, je défends une vision exigeante de la politique. Je me décris plus comme une minorité. Je refuse toute opposition stérile, du coup, nous votons ce avec quoi nous sommes en accord ou si nous ne pouvons pas proposer mieux. Je suis adepte de la politique constructive et du dialogue.

Votre lien avec cette circonscription ?

Ma famille y réside depuis le XVIème siècle ! Ils étaient viticulteurs sur la colline des Moulineaux, puis sont devenus ouvriers, avant de devenir architectes… J’ai un attachement profond à cette ville, à ce territoire. J’y ai fait ma scolarité, j’ai gardé des liens avec des amis d’enfance.

Votre jardin secret ?

Je cultive l’humanisme, notamment par une plongée régulière dans les auteurs antiques. J’aime la photo, pour cette magie d’arriver à emprisonner l’instant. Je suis fondu de ski et je pratique la course à pied. Enfin, la cuisine, moment de réflexion et surtout l’envie de partager du plaisir avec les autres.

Thomas

One Comment

Déposer un commentaire

(*) Requis

un × trois =